À la maison

Mettez une cuillère à café rase de poudre d’épices dans une tasse. Versez un liquide bouillant. Mélangez et attendre 1 minute avant de boire. Inutile de filtrer.
Le chaï se prépare avec ou sans sucre, à l’eau ou au lait. Si vous choisissez un lait végétal, nous vous conseillons le lait d’avoine pour son côté naturellement sucré.
Cette poudre de chaï du Népal peut donner du corps à de nombreux desserts lactés : crème brûlée, crème caramel, crème anglaise, chantilly… Il est fabuleux dans la mousse au chocolat.

Découvrez le chaï masala du Népal dans...

Nos recettes gourmandes et faciles à réaliser
très bientôt...

CHAI MASALA DU NÉPAL
pot de 40g / 5,00 €

Notre chaï du Népal biologique a deux particularités : des notes fumées et camphrées grâce à la cardamome noire, un côté chaud et piquant grâce au gingembre local. Pour réaliser ce mélange, toutes les épices ont été broyées ensemble afin d’harmoniser les arômes. Au Népal, l’aspect fumé est en partie dû au fait que le chaï est préparé au feu de bois et avouons-le, dans des casseroles rarement lavées, ce qui permet de fixer le côté fumé.

Quand on parle de chaï (prononcez tchaï), c’est au masala chaï que l’on pense, autrement dit à un thé aux épices.
En 1870, sous l’impulsion des Anglais, le thé se popularise en Inde. Et c’est ainsi que les Indiens, qui buvaient depuis toujours des boissons chaudes et épicées pour affronter l’hiver, se mettent à ajouter des épices dans le thé… au grand dam des Anglais qui ont bien du mal à comprendre pourquoi ces Indiens dénaturent une si délicieuse boisson.
Aujourd’hui, le chaï est bu par les Indiens de toutes castes, de tous milieux sociaux et à tout moment de la journée. On en boit chez soi, dans la rue et même dans le train ! Les vendeurs ambulants sillonnent les villes pour vendre cette boisson nationale. On trouve aussi de nombreuses échoppes entièrement dédiées au chaï, où tous les Indiens, sans distinction, viennent discuter autour d’un bon thé.
Bien entendu, les recettes varient d’un Etat à l’autre, d’une région à l’autre et même d’une ville à l’autre non pas en fonction des épices poussant localement mais plutôt en fonction des traditions culinaires.
Dans le Kerala, le chaï reste sur les fourneaux toute la journée, quasi-bouillant. Avant d’être servi, il est passé d’un verre à l’autre pour obtenir une mousse onctueuse. Dans le Rajasthan, le chaï est mis de côté, gardé tiède. Au moment de la commande, le chaï wallah verse une quantité égale et lait et de chaï dans une casserole large et basse et la fait bouillir à feu très vif avec du sucre jusqu’à obtenir une consistance proche de celle d’un sirop. Car en Inde, s’il y a un ingrédient commun à tous ces chaïs, c’est bien le sucre !

Ajouter au panier