Baie de la Jamaïque

5,4014,50 TTC

Parfums et saveurs

Notre baie de la Jamaïque biologique pousse en Inde, dans la région d’Idukki. À proprement parler, cette baie n’est ni un poivre, ni un piment (voir la rubrique Dites m’en plus). Elle ne pique pas et ses parfums chauds sont des plus aromatiques… muscade, cannelle, girofle et poivre.

Effacer
UGS : PIJAMIIN Catégorie : Étiquettes : , , , , ,

Dites m'en plus

Nous avons choisi de l’appellation baie de la Jamaïque car elle ne pique pas, mais elle est souvent appelée piment ou poivre de la Jamaïque bien que ce ne soit ni un piment, ni un poivre et que celui que nous proposons ne vient pas de Jamaïque !
Alors pourquoi donc ce nom? Le poivre est connu depuis longtemps en Europe. Il pousse en Inde, est vendu par les marchands arabes et comme toutes les épices à cette époque-là, valait très cher. On dit même qu’il valait son poids en argent. Quand Christophe Colomb débarque en Jamaïque – persuadé d’avoir découvert l’Inde – et voit ces petites baies noires et odorantes, il décide de les appeler pimenta, ce qui signifie poivre en portugais. Pimenta donne piment en français et son utilisation étendue dans la cuisine anglaise fait que dans plusieurs langues, on l’appelle poivre anglais. Pour compliquer encore un peu l’histoire, dans d’autres langues on appelle ce poivre (ou piment) de la Jamaïque, soit quatre-épices, ou encore allspice en anglais. Ceci est dû au fait que son parfum rappelle le mélange du même nom, composé de poivre, muscade, cannelle et girofle.
Ces petites baies ne piquent pas du tout et sont originaires de Jamaïque et d’Amérique centrale. Ce sont les fruits d’un arbre de 8 ou 10 mètres, cultivés au Mexique, en Jamaïque et en Inde. Les feuilles sont consommées autant que les baies car elles contiennent le même parfum.
Son utilisation remonte au temps des aztèques qui l’utilisaient pour parfumer le chocolat chaud. Le poivre (ou piment) de la Jamaïque étant alors généralement associé au vrai piment dans les recettes. S’il est très largement utilisé dans les pays anglophones et hispanophones, il n’a jamais vraiment fait son entrée dans la cuisine européenne si ce n’est pour certaines utilisations très spécifiques comme dans le bortsch ou quelques pâtisseries nordiques.

Informations complémentaires

Poids ND
Dimensions ND

Collaboration

Dans le sud de l’Inde se trouve l’État du Kerala et Idukki est le nom d’un de ses nombreux districts. Les fermes avec qui nous travaillons sont perchées en haut d’un mont, dans un lieu couvert de fleurs, d’arbres fruitiers, de plantes potagères et d’orchidées. Une ONG, créée il y a plus de 15 ans par un travailleur social persuadé qu’il était possible de vivre de la production d’épices, fédère le regroupement de ces paysans. C’est elle qui gère la certification biologique, l’insertion des femmes, la mutualisation des outils et les démarches pour l’export.

À la maison

 Entier, la baie de la Jamaïque s’utilise dans les pickles et la confiture. Réduite en poudre, elle peut remplacer le mélange quatre-épices et pour peu qu’on y ajoute un peu de gingembre, elle évoque à s’y méprendre le mélange pain d’épices. Mélangée avec des oignons, de l’ail et du piment, puis réduite en pâte, elle sert de sauce dans la cuisine mexicaine. Les baies entières parfument bouillons et courts-bouillons, en poudre, elles agrémentent le ketchup maison.
En dessert, la baie de la Jamaïque se marie très bien avec les pommes, les poires et les desserts lactés comme le riz que lait. Les Anglais la mettent dans leur pudding, en particulier dans le plum pudding. Enfin, elle est traditionnellement ajoutée dans le rhum arrangé et le vin chaud.

Description

Nous avons choisi de l’appellation baie de la Jamaïque car elle ne pique pas, mais elle est souvent appelée piment ou poivre de la Jamaïque bien que ce ne soit ni un piment, ni un poivre et que celui que nous proposons ne vient pas de Jamaïque !
Alors pourquoi donc ce nom? Le poivre est connu depuis longtemps en Europe. Il pousse en Inde, est vendu par les marchands arabes et comme toutes les épices à cette époque-là, valait très cher. On dit même qu’il valait son poids en argent. Quand Christophe Colomb débarque en Jamaïque – persuadé d’avoir découvert l’Inde – et voit ces petites baies noires et odorantes, il décide de les appeler pimenta, ce qui signifie poivre en portugais. Pimenta donne piment en français et son utilisation étendue dans la cuisine anglaise fait que dans plusieurs langues, on l’appelle poivre anglais. Pour compliquer encore un peu l’histoire, dans d’autres langues on appelle ce poivre (ou piment) de la Jamaïque, soit quatre-épices, ou encore allspice en anglais. Ceci est dû au fait que son parfum rappelle le mélange du même nom, composé de poivre, muscade, cannelle et girofle.
Ces petites baies ne piquent pas du tout et sont originaires de Jamaïque et d’Amérique centrale. Ce sont les fruits d’un arbre de 8 ou 10 mètres, cultivés au Mexique, en Jamaïque et en Inde. Les feuilles sont consommées autant que les baies car elles contiennent le même parfum.
Son utilisation remonte au temps des aztèques qui l’utilisaient pour parfumer le chocolat chaud. Le poivre (ou piment) de la Jamaïque étant alors généralement associé au vrai piment dans les recettes. S’il est très largement utilisé dans les pays anglophones et hispanophones, il n’a jamais vraiment fait son entrée dans la cuisine européenne si ce n’est pour certaines utilisations très spécifiques comme dans le bortsch ou quelques pâtisseries nordiques.