Baie de la Jamaïque

Parfums et saveurs

Notre baie de la Jamaïque biologique provient de petites fermes traditionnelles du Kerala, en Inde où polyculture et biodiversité sont règle d’or. À proprement parler, cette baie n’est ni un poivre, ni un piment. Ces petits fruits ne piquent pas et leurs saveurs chaudes sont des plus aromatiques. Parmi ses nombreuses appellations, on trouve le quatre-épices  et ce n’est pas un hasard ces baies embaument la muscade, la cannelle, le girofle et le poivre.

Ce produit est actuellement en rupture et indisponible.

UGS : PIJAMIIN Catégorie : Étiquettes : , , , , ,

Dites m'en plus

Ces petites baies sont connues sous diverses appellations : piment, poivre ou baie de la Jamaïque.

Pourquoi donc ce nom? Le poivre est connu depuis longtemps en Europe. Il pousse en Inde, est vendu par les marchands arabes et comme toutes les épices à cette époque-là, valait très cher. On dit même qu’il valait son poids en argent. Quand Christophe Colomb débarque en Jamaïque – persuadé d’avoir découvert l’Inde – et voit ces petites baies noires et odorantes, il décide de les appeler pimenta, ce qui signifie poivre en portugais. Pimenta donne piment en français et son utilisation étendue dans la cuisine anglaise fait que dans plusieurs langues on l’appelle poivre anglais. Pour compliquer encore un peu l’histoire, dans d’autres langues on appelle ce poivre (ou piment) de la Jamaïque, soit quatre-épices en français, ou encore allspice en anglais. Ceci tient au fait que son parfum rappelle le mélange du même nom, composé de poivre, muscade, cannelle et girofle.

Ces petites baies sont les fruits d’un arbre de 8 ou 10 mètres, cultivé au Mexique, en Jamaïque et en Inde. Les feuilles sont consommées autant que les baies car elles contiennent le même parfum.

Leur utilisation remonte au temps des Aztèques qui s’en servaient pour parfumer le chocolat chaud. Elles étaient généralement associées au vrai piment dans les recettes. Si elles sont très largement utilisées dans les pays anglophones et hispanophones, elles n’ont jamais vraiment fait leur entrée dans la cuisine européenne si ce n’est pour certaines utilisations très spécifiques comme dans le bortsch ou quelques pâtisseries nordiques.

Collaboration

Les fermes qui cultivent cette baie sont perchées en haut d’un mont, dans un lieu couvert de fleurs, d’arbres fruitiers, de plantes potagères et d’orchidées. Ces paysans possèdent bien souvent un demi-hectare de terre – c’est très peu – où ils font pousser entre 30 et 100 variétés différentes, de la noix de coco à la cardamome, des fruits de la passion aux plantes médicinales.

Nous collaborons avec une ONG créée il y a plus de 20 ans par Johny. Ce fils de bonne famille destiné à faire une brillante carrière, change complètement de voie après avoir fait un constat simple : En Inde – comme dans de nombreux endroits du monde – les paysans qui produisent notre alimentation n’ont pas les moyens de se nourrir. Il décide alors de créer une ONG laïque pour aider les producteurs d’épices de la région. Il les forme, les accompagne, gère leur certification biologique, mutualise les outils et les démarches pour l’export, facilite d’insertion des femmes et surtout garantit à tous de bons revenus.

À la maison

Entière, la baie de la Jamaïque s’utilise dans les pickles et la confiture. Réduite en poudre, elle peut remplacer le mélange quatre-épices et pour peu qu’on y ajoute un peu de gingembre, elle évoque à s’y méprendre le mélange pain d’épices. Mélangée avec des oignons, de l’ail et du piment, puis réduite en pâte, elle sert de sauce dans la cuisine mexicaine. Les baies entières parfument bouillons et courts-bouillons ; en poudre, elles agrémentent le ketchup maison.
En dessert, la baie de la Jamaïque se marie très bien avec les pommes, les poires et les desserts lactés comme le riz au lait. Les Anglais la mettent dans leur pudding, en particulier dans le plum pudding. Enfin, elle est traditionnellement ajoutée au rhum arrangé et au vin chaud.

Description

Parfums et saveurs

Notre baie de la Jamaïque biologique provient de petites fermes traditionnelles du Kerala, en Inde où polyculture et biodiversité sont règle d’or. À proprement parler, cette baie n’est ni un poivre, ni un piment. Ces petits fruits ne piquent pas et leurs saveurs chaudes sont des plus aromatiques. Parmi ses nombreuses appellations, on trouve le quatre-épices  et ce n’est pas un hasard ces baies embaument la muscade, la cannelle, le girofle et le poivre.

Pourquoi tant d’épices en rupture de stock ? Entre le covid-19 et les bouleversements climatiques, certaines épices manquent à l'appel... découvrez pourquoi !