Lumière sur…
le chaï

chaï indien, thé aux épices, recette de chaï, épices biologiques, démarche éthique et responsable, épices de terroir, Épices Shira

“chaï, chaï, chaï garam!” (1)
“chaï, masala chaï, elaichi chaï!” (2)
Toute personne ayant séjourné en Inde a forcément entendu ces appels répétés en boucle par les chaïwallas (3). Pour les autres, tout ça peut paraître un peu mystérieux. Alors, lumière sur le chaï…

Quand on parle de chaï (prononcez tchaï), c’est au masala chaï que l’on pense, autrement dit à un thé aux épices.
En 1870, sous l’impulsion des Anglais, le thé se popularise en Inde. Et c’est ainsi que les Indiens, qui buvaient depuis toujours des boissons chaudes et épicées pour affronter l’hiver, se mettent à ajouter des épices dans le thé… au grand dam des Anglais qui ont bien du mal à comprendre pourquoi ces Indiens dénaturent une si délicieuse boisson.


Aujourd’hui, le chaï est bu par les Indiens de toutes castes, de tous milieux sociaux et à tout moment de la journée. On en boit chez soi, dans la rue et même dans le train ! Les vendeurs ambulants sillonnent les villes pour vendre cette boisson nationale. On trouve aussi de nombreuses échoppes entièrement dédiées au chaï, où tous les Indiens, sans distinction, viennent discuter autour d’un bon thé.

Bien entendu, les recettes varient d’un Etat à l’autre, d’une région à l’autre et même d’une ville à l’autre non pas en fonction des épices poussant localement mais plutôt en fonction des traditions culinaires.

Dans le Kerala, le chaï ne contient que très rarement d’autres épices que la cardamome. Il reste sur les fourneaux toute la journée, quasi-bouillant. Avant d’être servi, il est passé d’un verre à l’autre pour obtenir une mousse onctueuse.
Dans le Gujarat, le chaï a une dominante de gingembre et contient un peu de menthe.
Dans le Rajasthan, le chaï contient beaucoup de cardamome, de cannelle et de gingembre. Il est mis de côté, gardé tiède. Au moment de la commande, le chaïwalla verse une quantité égale de lait et de chaï dans une casserole large et basse et la fait bouillir à feu très vif avec du sucre jusqu’à obtenir une consistance proche de celle d’un sirop. Car en Inde, s’il y a un ingrédient commun à tous ces chaïs, c’est bien le sucre !

Nous proposons trois boissons épicées inspirées de trois régions que nous aimons : chaï du Rajasthan, chaï du Népal, chaï du Levant.
Nous avons aussi créé une boisson à base de curcuma, de gingembre et de poivre, qui est communément appelée golden latte ou lait d’or.

Vous n’aimez pas certaines épices comme la cannelle ou le clou de girofle ? Faites votre propre chaï !

Après tout, il suffit d’avoir du lait, des épices écrasées grossièrement dans un mortier, du sucre et éventuellement du thé.

Comment choisir vos épices ?

Pour apporter de la chaleur, mettez du poivre, du gingembre ou même un peu de piment.
Pour apporter de la douceur, mettez de la vanille, de la rose ou de la cannelle.
Pour apporter de la profondeur, mettez du macis, de la noix de muscade ou du clou de girofle.

Choisissez le lait que vous aimez boire habituellement. Personnellement, j’affectionne le lait d’avoine pour son côté naturellement sucré.

Et n’oubliez pas de sucrer votre chaï ! Choisissez ce qui vous plaît ! Sucre de canne, miel ou mélasse… cela permettra d’exacerber les arômes. C’est magique ! 

(1) thé ! thé ! thé chaud !
(2) thé ! thé aux épices ! thé à la cardamome !
(3) vendeur de thé

Pourquoi tant d’épices en rupture de stock ? Entre le covid-19 et les bouleversements climatiques, certaines épices manquent à l'appel... découvrez pourquoi !