Voyage à Murcia

La semaine dernière nous sommes partis en Espagne pour passer quelques jours avec les producteurs de paprika avec qui nous collaborons. Direction Murcia, une région au sud de Barcelone. 

Cela fait très longtemps que le pimenton y est cultivé. Pour être précis, au XVIème siècle, les moines de l’ordre de Saint-Jérôme, au monastère de la Ñora – localité qui a donné son nom à la variété du piment local – le cultivaient déjà.

Si le paprika pousse en Europe depuis très longtemps, et plus particulièrement en Hongrie et en Espagne, il n’est pour autant pas originaire de nos contrées. Il vient de bien plus loin…

Le paprika appartient à la famille des piments (capsicum annum) et le piment, lui, vient des Amériques. Il est rapporté en Espagne par Christophe Colomb à la fin du XVème siècle. Ensuite, c’est grâce à l’église catholique que le piment voyage en Europe parce que les semences sont envoyées dans tout un tas de monastères pour y être cultivées. 

Ce pimenton est atypique pour plein de raisons :

Tout d’abord, il est rond et c’est très rare dans le monde des piments.

Ensuite, il ne pique pas du tout. Mais cela vaut uniquement dans cette région ! Si vous prenez des graines et que vous les plantez dans votre jardin, vous aurez un piment qui pique ! Amusant, non?

Ce pimenton est séché dans un séchoir (alimenté aux noyaux d’olives et coques d’amandes – esprit zéro déchet), puis, pour le paprika fumé, fumé au bois de chêne vert (dans un procédé assez innovant qui permet de filtrer tous les éléments toxiques de la fumée). 

Et pour finir, il est broyé à la meule de pierre 4 ou 5 fois.

Nous collaborons avec ce producteur depuis la création de Épices Shira. La qualité de son paprika est extraordinaire. L’exigence qu’il s’impose et la passion qu’il met dans son travail le sont tout autant.

Nombreux sont les producteurs de Murcia à vivre dans l’ombre de leurs célèbres concurrents de la Vera. Or, le caractère de leur paprika est très différent. Celui de notre producteur, par exemple, est très fumé – pratique rare dans la région – et d’une magnifique intensité. 

Moi, je suis un inconditionnel du paprika fumé ! J’en mets sur les pommes de terre, le potimarron, dans les soupes et les œufs. Et puis je mets du paprika classique sur les avocats, les lentilles et dans les sauces tomates.